Comment prévenir les agressions en public

Vous aimez ? Partagez !

Notre éducation nous a fait intégrer que se battre c’est mal, qu’il faut privilégier la discussion en individus évolués. Mais que se passe-t-il quand vous vous retrouvez confrontés à des individus qui n’ont aucune retenue en matière de violence et qui s’en servent même pour imposer leur loi à autrui ?

Allez-vous vous contenter de subir ?

· Se battre est une chose grave parce qu’un seul coup touchant un endroit précis au moment précis peut entrainer la mort ou déséquilibrer l’adversaire et l’amener à se fracasser le crâne sur le rebord d’un trottoir. · Par conséquent, vous devrez réserver l’usage de la violence uniquement à la préservation de la sécurité de vos proches, de vous-même et d’autrui. · L’éducation a un rôle primordial dans l’apprentissage légitime de la violence, le refus de devenir une victime. · Encore de nos jours, la plupart des enfants sont éduqués sur la base « ne vous battez pas, ce n’est pas bien, si on vous embête, allez le dire au surveillant ». · Si effectivement il est préférable d’éviter de se battre, il y manque une notion essentielle et complémentaire : on a le droit de se battre quand c’est légitime, sans attendre après l’autorité qui peut rarement être présente au moment exact où on en a besoin. · Les victimes adultes de demain sont parmi les enfants d’aujourd’hui. Élevez les dans l’idée qu’ils sont des êtres qui méritent le respect ; apprenez-leur qu’ils n’ont pas à subir la violence d’autrui passivement et qu’ils ont le droit de se défendre. Ne cherchez pas à les couver non plus pour les protéger : ils ont besoin de se frotter aux conflits pour apprendre à les gérer, et ce de façon adaptée à chaque âge. · Et surtout, chose primordiale, montrez leur l’exemple dans votre comportement afin qu’ils l’intègrent comme valeur fondatrice de leur personnalité.

La violence légitime est nécessaire pour s’opposer à des atteintes injustes de soi-même ou d’autrui, car l’autorité publique ne peut nous en protéger tout le temps. Les victimes de demain, sont parmi les enfants d’aujourd’hui.

LA PRÉVENTION

· Même s’il est socialement, culturellement, admis de boire de l’alcool par convivialité en société, la première goutte d’alcool ingéré vous rend plus vulnérable, euphorique ou agressif. vos réflexes s’altèrent, votre vigilance diminue, vous prenez alors le risque de ne pas repérer une situation potentiellement dangereuse et en tous cas de ne pas pouvoir y faire face de la meilleure façon. Pensez aussi à vos amis qui, en sortie, peuvent générer des altercations ou des accidents sous l’emprise de la boisson. · Un autre ennemi : la fatigue. Tout comme l’alcool, elle altère les réflexes, les jugements, la vigilance. Il est aisé d’imaginer ce qu’alcool ET fatigue pourraient entrainer… · D’une manière générale, il serait judicieux de privilégier les endroits publics et fréquentés et d’éviter les lieux connus pour leurs mauvaises fréquentations : il s’agit la plupart du temps de quartiers ou établissements à certaines heures. Si toutefois, vous devez vous y rendre, jetez un coup d’oeil au plan d’évacuation (l’affichage en est obligatoire dans les Établissements Recevant du Public) ; cela vous donnera une idée de la configuration des lieux avec les issues et les éventuels moyens de secours. · Si vous croisez un attroupement, changez d’itinéraire si vous le pouvez. Utilisez votre vision périphérique, les reflets de vitrines de magasin (qui sont d’ailleurs fort utiles pour les créneaux en voiture) pour observer le groupe, ce qui vous permettra d’éviter un contact visuel direct : il existe des individus qui deviennent paranoïaques sous l’emprise de certaines substances et pourraient interpréter votre demi-tour et votre regard direct soit comme de la peur soit comme une provocation. · En toute circonstance, prenez l’habitude de repérer les lieux où vous vous trouvez et placez-vous de manière à pouvoir les quitter rapidement ; par exemple dans une salle de cinéma, il sera plus simple de sortir si vous êtes près de l’allée plutôt qu’au milieu d’une rangée. Il est aussi recommandé d’avoir un visuel direct sur les accès et de repérer ce qui pourrait servir d’arme improvisée ou offrir un abri. · Petit exercice : lorsque vous vous baladez en ville, exercez votre vigilance face à l’environnement sans être à l’affut exagérément. Par exemple, si un individu attire votre regard pour une raison ou pour une autre, vous continuez puis vous oubliez cet individu. Si vous le croisez à nouveau un peu plus tard, rappelez-vous à quel moment et à quel endroit vous l’aviez croisé. La plupart des problèmes viennent du fait qu’on se trouve au mauvais endroit, au mauvais moment, avec les mauvaises personnes. En exerçant votre vigilance, vous pouvez prévenir et éviter des incidents dont les conséquences pourraient être dangereuses.

Extrait du guide : Techniques de survie